Accueil  
  Présentation  
  Actualité  
Concours  
  Communication  
  Collections archéologiques  
  Collections historiques  
  Etudes et recherches  
Galerie photo  
  Réalisations emblématiques  
  Informations pratiques  



La dégradation des matériaux organiques humides ou gorgés d'eau

Les matériaux gorgés d’eau ont séjourné parfois pendant plusieurs siècles en milieu humide ou aqueux. Ils sont découverts à l’occasion de fouilles archéologiques terrestres, subaquatiques ou sous-marines, et semblent intacts, mais ils ont subi des dégradations irréversibles de leur structure interne.

 

 

Les principaux responsables de la dégradation des matériaux organiques sont les agents biologiques, à savoir les insectes et les nombreux micro-organismes présents dans les sols aérés et qui se nourrissent des sucres de la cellulose ou du collagène.

 

Il faut donc des conditions particulières pour que soit évitée cette dégradation.


Dans le fond des lacs, des rivières, de la mer et dans les sols où la nappe phréatique est restée constante à travers les siècles, l’absence d’oxygène (milieu anaérobie) peut préserver le bois, le cuir et les fibres d’une dégradation rapide. Mais un autre phénomène plus lent s’amorce, qui entraîne la dissolution des composés de ces matériaux par l’eau (hydrolyse de la cellulose pour le bois, du collagène pour le cuir). Ils perdent ainsi peu à peu leur cohésion.


Stables aussi longtemps que leur milieu d'enfouissement ou d'immersion n'est pas modifié, les matériaux organiques se déforment, dès qu'ils sont exposés à l'air, et un séchage sans précaution conduit à leur destruction.


Les premiers gestes, dès la fouille archéologique, doivent donc préserver l'élément essentiel qui assure leur conservation : l'eau.


Il est ensuite nécessaire de contrôler leur séchage en appliquant, lorsque leur structure est profondément affectée, une consolidation préalable qui vise à leur restituer une partie de leurs qualités mécaniques.

Les méthodes de traitement mises en œuvre par ARC-Nucléart sont choisies en fonction de l'état de dégradation des pièces, des réactions prévisibles de l'essence botanique, et aussi du devenir de la collection. La durée des différents traitements peut varier, selon les dimensions et l'altération des pièces, de quelques mois à plusieurs années.

CEA - Mise à jour : 16/05/2013 14:17:50 - Mentions Légales
© CEA 2003 - 2014 Tous droits réservés