Vous êtes ici : Accueil > Traitement des objets contenant du soufre

Traitement des objets contenant du soufre

Publié le 25 novembre 2016

PrévArch : « Prévention de l’acidification des objets archéologiques humides issus de fouilles sous-marines par extraction des composés soufrés »

En 2008, a été retenu, dans le cadre du Programme National de Recherche sur la Connaissance et la Conservation des Matériaux du Patrimoine Culturel (MRT, ministère de la Culture), le projet PrévArch, coordonné par ARC-Nucléart, en coopération avec le laboratoire de conservation ARC’Antique à Nantes et le Laboratoire d’Etudes des Matériaux en Milieux Agressifs (LEMMA) de l’Université de La Rochelle.

 

Ce projet, d’une durée de deux ans (2008-2010), a pour objectif d’extraire des pièces archéologiques en bois, après leur sortie du milieu marin et avant leur traitement de conservation, les composés soufrés instables pouvant exister, tels que la pyrite FeS2 et/ou le soufre élémentaire S.

 

En effet, si ces composés sont laissés dans les objets après leur consolidation et leur séchage, ils vont être oxydés au contact de l’air, former des efflorescences en surface (voir photographie ci-dessous) et, surtout, de l’acide sulfurique qui va fortement dégrader le bois. C’est le cas du fameux vaisseau suédois du XVIIe siècle, le Vasa, du Batavia en Australie, et des pièces issues de l’épave génoise du XVIe siècle, la Lomellina, découverte au large de Villefranche-sur-mer, récemment traitées par ARC-Nucléart.

 

Sep de drisse de l’épave de Villefranche/mer : Efflorescence de composés soufrés