Vous êtes ici : Accueil > Participation d'ARC-Nucléart à des réseaux européens

Participation d'ARC-Nucléart à des réseaux européens

Publié le 30 novembre 2016

• Réseau de coopération technique européen de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique à Vienne, Autriche

Division des Sciences Physiques et Chimiques de l'AIEA, Section Produits Radioisotopes et Technologie de l'Irradiation :

Constitution d'un groupe international d'experts pour la réalisation d'un ouvrage édité par l'AIEA intitulé : « Utilisation des rayonnements ionisants pour la conservation du patrimoine culturel tangible, procédés, effets des rayonnements, et recommandations ».

Pays participants : Brésil, Roumanie, Pays-Bas, Croatie, Pologne et France

Ouvrage à éditer par AIEA en 2016

Co-auteurs : Q.K Tran et L.Cortella

Participation d'ARC-Nucléart (Q.K Tran et L. Cortella)  au Projet de Recherche Coordonnée (Coordinated Research Project CRP) de l'AIEA,  intitulé « Désinfection et Consolidation des archives et des objets du patrimoine culturel par des procédés d'irradiation ».

Durée du projet : 2015-2018

Mission d'ARC-Nucléart : Etude de matériaux du patrimoine sous irradiation gamma, et développement de nouvelles résines sans styrène monomère pour la consolidation des objets culturels en bois.

Projet international avec une vingtaine de pays participants, pour un budget global de l'ordre de 335 000 €.  

 

Elaboration de Normes Européennes pour les bois archéologiques gorgés d'eau issus de fouilles terrestres

L'objectif principal du Comité Européen de Normalisation CEN/TC 346 « Conservation des Biens Culturels » est d'élaborer des normes européennes en vue de fournir des outils de travail aux professionnels de la conservation et de la restauration. Il permet ainsi d'assurer que les experts européens puissent échanger des informations sur les analyses et tests appliqués à la conservation du patrimoine culturel. Autrement dit, la normalisation facilite l'harmonisation et l'unification des méthodologies parmi les pays européens.

Le développement au sein de l'Europe de documents normatifs selon les besoins en conservation du patrimoine concerne 1) le patrimoine fixe ou mobile, 2) tous les matériaux constituant le patrimoine culturel tangible, 3) l'environnement du patrimoine tangible pouvant affecter sa conservation, et enfin, 4) tous les aspects ou étapes dans les processus de conservation tels que la terminologie, l'examen, la documentation accompagnant les opérations de conservation, de diagnostic, de recherche, de traitement, de suivi, etc.

En ce qui concerne la période de trois ans, 2012-2015, les travaux du Comité Européen de Normalisation visent, d'une part, à finaliser les normes ayant été retenues avant le 31 décembre 2011 (parmi les dix normes en cours, on peut citer, par exemple, la méthodologie pour l'échantillonnage, l'éclairage lors de l'exposition, les mesures de l'humidité relative de l'air, etc.) et, d'autre part, à développer les quatorze sujets en attente, enregistrés dans le programme de travail avant la même date de fin 2011. Le sujet des bois archéologiques humides ou gorgés d'eau figure dans ce second lot et son groupe de travail est le WG 9 (pour information le WG 6 est relatif à l'éclairage d'exposition, et le WG 10 a pour sujet les structures en bois anciennes) dont la responsabilité est l'élaboration de deux normes : l'une, codifiée 346-37, concerne les « Recommandations pour la Caractérisation des bois archéologiques humides », et la seconde, codifiée, 346-38, intitulée « Recommandations pour la protection et la gestion des bois archéologiques sur les sites terrestres ».

Le groupe de travail WG9 « Bois gorgé d'Eau » (Waterlogged Wood) est coordonné par le Professeur Marco Fioravanti de l'Université de Florence, Italie, et comprend les autres participants suivants : Suède (Université de Göteborg), Danemark (Musée National du Danemark, Copenhague), Allemagne (Musée Maritime de Bremerhaven), Angleterre (James Spriggs Archaeological Consulting, York), Grèce (Technological Educational Institute, Athènes)  et France (ARC-Nucléart). La réunion de démarrage du groupe de travail a eu lieu en mai 2013, lors de la conférence triennale du groupe « Matériaux Organiques Archéologiques Humides WOAM » du Comité pour la Conservation de l'ICOM à Istanbul, Turquie. Quatre autres réunions ont eu lieu de fin 2013 jusqu'à fin 2014 pour la rédaction de la Norme 346-38  (« Recommandations pour la protection et la gestion des bois archéologiques sur les sites terrestres »). Début 2015, le groupe s'est réuni à Athènes pour l'étude de la seconde Norme 346-37 sur la Caractérisation des bois archéologiques.

En résumé, le groupe de travail WG9 a réussi à finaliser, à la fin de 2014, la rédaction de la Norme 346-38. Cela concerne les mesures à prendre pour protéger les objets durant et après la fouille archéologique, et cela jusqu'à leur conditionnement final pour le transport ou le stockage. Le texte final est envoyé par le coordinateur aux comités nationaux (AFNOR pour la France) pour les avis et votes. La première Norme Européenne sur les bois archéologiques gorgés d'eau devrait être publiée par les instances européennes à l'automne 2016.

 

Coopération bilatérale scientifique et technique entre le CEA et l'Institut de Physique Atomique IFA- Roumanie

Accord de coopération pour trois ans dans le domaine de l'Energie Nucléaire-Education et Formation, établi en 2013, puis reconduit en 2016 entre IFIN-HH (Institut de Physique Nucléaire, Bucarest) et ARC-Nucléart.

Thème du projet : Education et formation dans le domaine de la conservation du patrimoine culturel par irradiation gamma

Programme de travail :

1ère année : Mise en place en Roumanie du procédé « Nucléart » pour la consolidation des objets en bois très dégradés par imprégnation de résine, suivie d'irradiation gamma pour polymériser la résine in-situ. Echange de séjours scientifiques.

2e année : Etude de l'effet de l'irradiation gamma sur les propriétés physico-chimiques des matériaux du patrimoine (pigments, liants, archives, textiles). Elaboration d'essais en commun et complémentaires. Formation à ARC-Nucléart de jeunes chercheurs roumains.

3e année : Diffusion des résultats du projet.