Vous êtes ici : Accueil > Participation d'ARC-Nucléart à des réseaux européens

Participation d'ARC-Nucléart à des réseaux européens

Publié le 1 mars 2019

Projet SENSMAT

Grâce au soutien du CEA, ARC-Nucléart a eu l'opportunité de soumettre en phase 2 en Juin 2018 un projet d'une durée de 3 ans, dans le cadre du programme Horizon 2020 financé par la Communauté Européenne. Le CEA pour le compte d'ARC-Nucléart a répondu à l'appel à projet « NMBP-33-2018: Innovative and affordable solutions for the preventive conservation of cultural heritage ». Après évaluation par un panel d'experts, notre projet intitulé : « Preventive Solutions for Sensitive Materials of Cultural Heritage – Acronyme : SensMat » a été retenu en Septembre 2018.

Le CEA/ARC-Nucléart assure la coordination de ce projet qui comporte 18 partenaires. Le principal objectif de SensMat vise à développer des outils et des méthodologies qui permettent aux petits et moyens musées de déployer une politique de Conservation Préventive ambitieuse pour leurs collections. Le travail de développement du projet repose sur trois axes complémentaires :

1) Développements de nouveaux supports multi-capteurs miniaturisés sans fil permettant de suivre les conditions environnementales et les transformations physicochimiques des artefacts en temps réels. Certains des capteurs seront imprimés en série pour faire baisser les coûts,

2) la mise en réseau des multi-capteurs connectés (Internet of Things – IoT) pour alimenter une base de données en continu,

3) les logiciels dédiés qui permettent de traiter les données pour constituer des outils d'aide à la prise de décision : gestion des alarmes, gestion du climat, programmation des actions de maintenance, gestion de la muséographie et des visites par le public, intégration des données du « Building Information Models – BIM), etc…

L'expertise du projet dans le domaine de la conservation préventive reposera principalement sur le Centre de Conservation des Musées de France – C2RMF/CNRS, tandis qu'ARC-Nucléart s'impliquera dans différentes études de cas comme d'autres partenaires culturels du consortium : Musée de la Civilisation Gallo-Romaine de Lyon, Universalmuseum Joanneum à Graz (AT), De Kulturhistoriske Museer à Holstebro (DK). Ces démonstrateurs doivent être représentatifs de différentes configurations et de différents types de collection. Concernant les études de cas français, ARC-Nucléart prendra en charge la surveillance de réserves d'ARC-Nucléart à Grenoble, de certaines réserves du Musée Dauphinois (Grenoble) et du suivi de l'épave gallo-romaine d'Arles Rhône 3 à Arles. ARC-Nucléart est de même associé au Centre Interdisciplinaire de Conservation et Restauration du Patrimoine – CICRP- qui prévoit des études de cas sur différents sites sensibles. 

 

Réseau de coopération technique international de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique à Vienne, Autriche

Division des Sciences Physiques et Chimiques de l'AIEA, Section Produits Radioisotopes et Technologie de l'Irradiation :

Participation d'ARC-Nucléart (Q.K. Tran et L. Cortella)  au Projet de Recherche Coordonnée (Coordinated Research Project CRP) de l'AIEA,  intitulé « Désinfection et Consolidation des archives et des objets du patrimoine culturel par des procédés d'irradiation ».

Durée du projet : 2015-2018

Mission d'ARC-Nucléart : Etude de matériaux du patrimoine sous irradiation gamma, et développement de nouvelles résines sans styrène monomère pour la consolidation des objets culturels en bois.

Projet international avec les pays participants suivants : Argentine, Bangladesh, Brésil, Bulgarie, Croatie, Cuba, Egypte, Iran, Roumanie, Italie, Serbie, Pologne, Corée du sud, Tunisie, Turquie, Portugal, Ukraine

 

• Elaboration de Normes Européennes pour les bois archéologiques gorgés d'eau issus de fouilles terrestres

L'objectif principal du Comité Européen de Normalisation CEN/TC 346 « Conservation des Biens Culturels » est d'élaborer des normes européennes en vue de fournir des outils de travail aux professionnels de la conservation et de la restauration. Il permet ainsi d'assurer que les experts européens puissent échanger des informations sur les analyses et tests appliqués à la conservation du patrimoine culturel. Autrement dit, la normalisation facilite l'harmonisation et l'unification des méthodologies parmi les pays européens.

Le développement au sein de l'Europe de documents normatifs selon les besoins en conservation du patrimoine concerne 1) le patrimoine fixe ou mobile, 2) tous les matériaux constituant le patrimoine culturel tangible, 3) l'environnement du patrimoine tangible pouvant affecter sa conservation, et enfin, 4) tous les aspects ou étapes dans les processus de conservation tels que la terminologie, l'examen, la documentation accompagnant les opérations de conservation, de diagnostic, de recherche, de traitement, de suivi, etc.

Le groupe de travail WG9 « Bois gorgé d'Eau » (Waterlogged Wood) est coordonné par le Professeur Marco Fioravanti de l'Université de Florence, Italie, et comprend les autres participants suivants : Suède (Université de Göteborg), Danemark (Musée National du Danemark, Copenhague), Norvège (Université de Trondheim), Allemagne (Centre des matériaux, Bremen), Angleterre (Université de York), Grèce (Technological Educational Institute, Athènes)  et France (ARC-Nucléart).

Le groupe de travail WG9 a réussi à finaliser, à la fin de 2014, la rédaction de la Norme 346-38. Cela concerne les mesures à prendre pour protéger les objets durant et après la fouille archéologique, et cela jusqu'à leur conditionnement final pour le transport ou le stockage. La première Norme Européenne sur les bois archéologiques gorgés d'eau a été publiée par les instances européennes à l'automne 2016 : «  Conservation du patrimoine culturel — Lignes directrices pour la gestion du bois gorgé d'eau sur les sites terrestres présentant un intérêt archéologique ».

 

 • Coopération bilatérale scientifique et technique entre le CEA et l'Institut de Physique Atomique IFA- Roumanie

Accord de coopération pour trois ans dans le domaine de l'Energie Nucléaire-Education et Formation, établi en 2013, puis reconduit en 2016 entre IFIN-HH (Institut de Physique Nucléaire, Bucarest) et ARC-Nucléart.

Thème du projet : Etudes et formation dans le domaine de la conservation du patrimoine culturel par irradiation gamma

Sujets d'étude :

  1. Suivi de la mise en place en Roumanie du procédé « Nucléart » pour la consolidation des objets en bois très dégradés par imprégnation de résine, suivie d'irradiation gamma pour polymériser la résine in-situ. Echange de séjours scientifiques.
  2. Etude de l'effet de l'irradiation gamma sur les propriétés physico-chimiques des matériaux du patrimoine (pigments, liants, archives, textiles). Elaboration d'essais en commun et complémentaires.
  3. Diffusion des résultats du projet.