Vous êtes ici : Accueil > Chaland gallo-romain n° 4 de Lyon

Chaland gallo-romain n° 4 de Lyon

Publié le 25 novembre 2016

​Découverte par une équipe de l'Inrap en 2004, sur les bords de la Saône (parc Saint-Georges), avec quinze autres embarcations de toutes époques, cette barque du IIe siècle attendait son heure au fond d'un lac.

DSC_0268.JPG 

​Dans le cadre d'un contrat de la Métropole de Lyon, le chaland gallo-romain n°4 de Lyon-St-Georges a été prélevé fin janvier 2014 dans un étang des environs de Lyon où il était conservé depuis 10 ans, et acheminé en 6 tronçons dans les locaux d'ARC-Nucléart, pour y subir un traitement de conservation-restauration, puis un remontage complet sur un support à concevoir avant un retour dans un musée lyonnais (Musée de Lyon Fourvière).
Fort de l'expérience d'AR3 (Arles Rhône 3), une analyse poussée des risques liés à la présence de soufre a été menée très rapidement, et a montré que le taux de soufre était beaucoup plus élevé que pour AR3. On rappelle que ce taux est lié à la quantité de pyrite, qui est une phase sulfure de fer, initiatrice de la production  d'acide par réaction avec l'humidité de l'air.
En accord avec le comité scientifique du projet, un plan d'action en plusieurs étapes a été élaboré depuis le traitement jusqu'à la restauration, incluant un traitement préventif contre l'acidification, l'ensemble de tous les travaux étant mené dans des locaux à atmosphère contrôlée.

Après que le musée ait défini la position dans laquelle il souhaite exposer le bateau (position navigante) ainsi qu'une partie de la muséographie associée, la conception et la réalisation du support ont été réalisées par CIC-Orio, conjointement avec ARC-Nucléart.  Si une partie du support a été fabriquée dans les locaux de l'entreprise sous-traitante, le montage et l'ensemble des supports de pièces ont dû être découpés, ajustés, assemblés sur place, dans le bâtiment de montage, au fur et à mesure que les restaurateurs  disposaient les pièces de bois.
La sole, puis les bordés, puis les varangues et enfin les courbes  ont été tour à tour disposés, les monteurs chaudronniers préparant au cas par cas, selon les formes des objets, les supports et les fixations de ces pièces support en  métal.


Haut de page